Bibliographie de Sylvain Forge

2009 : La ligne des rats (éditions Odin), un thriller écologique.

2013 :

 

  • Un road-book sous forme de jeu de piste et d'énigmes policières rédigé pour le compte de Graines d'Europe, à Nantes, dans le cadre du programme My European City.

  • Nouvelle : "zone blanche" ( Asphodele editions ), dans le recueil "13 en verve" des romanciers nantais.

2014 : 

  • La version poche du Vallon des parques (février 2014) et "la Trace du silure" (polar) durant le même mois.

2015 : 

  • Le 4 février : "Un parfum de soufre" (éditions du toucan, format poche).
  • 11 avril : nouvelle "Les deux pieds dans le pastis" à l'occasion du recueil publié par le salon Mauves en Noir 2015.
  • Juin 2015 : nouvelle "Age de fer" dans le recueil "Nantes voyage" édité par les Romanciers Nantais, dans le cadre du programme de la ville "Le voyage à Nantes".
  • 14 juin : création d'un jeu de piste "Le secret du carnet au serpent" au profit du Musée Jules Verne de Nantes.

2016 :

  • Avril 2016 : nouvelle "Trou de serrure" à l'occasion du recueil publié par le salon Mauves en Noir 2016.

 

 

Présentation de la Ligne des Rats par l'auteur

La ligne des Rats est mon premier roman, il s’agit d’ un thriller écologique où s’affrontent militants écologistes et multinationale de l’agrochimie.
Autour de thèmes d’actualité – les pesticides et leurs dangers, la prolifération des moustiques porteurs de maladies, telle la Dengue ou le Chikungunya, les OGM – j’ai voulu bâtir un récit qui fait la part belle à la documentation, mais privilégie surtout les personnages, avec leurs faiblesses et leurs émotions.
La trame principale est celle d’un psychiatre parisien enquêtant sur la disparition de son frère, un jeune homme perdu de vu depuis des années et rentré depuis au service d’un groupe écologiste radical : les Guerriers de la Terre.


L’intrigue se déroule autour du monde : Inde du Sud, Irak, Colombie, Israël…

L’idée du livre m’a été donnée par l’actualité : la puissance phénoménale des sociétés agrochimiques, la réitération de scandales agroalimentaires, le brevetage du vivant et la mise en coupe réglée de notre alimentation par une poignée de firmes dont les crédits ouvrent toutes les portes et irriguent une bonne partie de la recherche.


Comme dirait Boris Vian, cette histoire est entièrement vraie car je l’ai inventée d’un bout à l’autre.

 

A retrouver sur le site livresque du noir.